Démonstration d’alternatives aux herbicides à risque élevé pour l'environnement et la santé dans la culture du maïs sucré

Description

Le maïs sucré frais et de transformation est cultivé sur près de 7 000 ha en comparaison au maïs de grandes cultures, sur 448 000 ha. La gamme d’herbicides offerte y est plus limitée et les traitements communément appliqués contiennent des matières actives à risque élevé, dont l’atrazine et le s-métolachlore. Ce projet s’inscrit dans l’atteinte des objectifs de la Stratégie québécoise phytosanitaire en agriculture visant la réduction de 25 % des risques pour l’environnement et la santé liés à l’emploi des pesticides.

Objectifs

  1. Mettre en place des parcelles de démonstration dans la culture de maïs sucré frais et de transformation présentant des alternatives aux herbicides à risque élevé (atrazine)
  2. Documenter l’efficacité des traitements et leur sécurité sur la culture
  3. Comparer les traitement sur la base de leurs risques respectifs sur la santé et l’environnement
  4. Tenir des vitrines destinées aux producteurs et aux intervenants du secteur
  5. Produire une fiche synthèse rassemblant les principaux résultats issus des parcelles de démonstration.

Partenaire(s)

Avec le soutien financier de

Résultats

Pour l’ensemble des sites traités : recouvrement de mauvaises herbes : 2 à 14%

Pour le témoin sans herbicide : recouvrement de mauvaises herbes : 45%

  •  Symptômes de phytotoxicité observés avec les produits et mélanges suivants:
    • dans les parcelles avec (S-métolachlore (Dual) + bromoxynil/MCPA (Buctril); S-métolachlore (Dual) + MCPA (MCPA); saflufenacil (Eragon) suivi de 2,4-D/dicamba /mécoprop-P (Target) + nicosulfuron (Accent))
  • Ces symptômes n’ont pas affecté le rendement
  • Les rendements sur base humide : 15,699 à 21,266 kg/ha (moyenne : 18,389 kg/ha)
  • Pas de différence significative entre eux
  • Les traitements herbicides à plus faibles risques produisent donc un désherbage satisfaisant tout en étant sécuritaire sur le maïs sucré et ce, sans compromettre le rendement.

Un rapport final sera disponible au printemps 2021, lorsque le projet sera terminé.