Développement d’une stratégie de désherbage dans le pois biologique Chaire industrielle dans les collèges du
CRSNG en protection des cultures biologiques

Description

Les mauvaises herbes représentent le plus grand défi à relever dans la production de légumes de transformation biologiques. La moutarde, parmi plusieurs mauvaises herbes comme la morelle ou le laiteron, cause du fil à retordre aux producteurs biologiques. Celle-ci, en plus d’être difficile à arracher avec les outils de désherbage, à cause de ses racines profondes, est un allergène et ne doit pas entrer en contact avec les pois. Puisque le désherbage se fait de façon agressive pour assurer un contrôle adéquat, il est important d’évaluer si le désherbage s’avère efficace pour contrôler les adventices, sans trop causer de dommages à la population de pois. Ce projet permet donc d’évaluer l’impact du désherbage mécanique sur les densités de pois, ainsi que de valider quels outils semblent effectuer une meilleure destruction des mauvaises herbes, dont la moutarde.

 

Objectifs

  • Développer une stratégie de désherbage.
  • Limiter les impacts négatifs sur les populations de pois., en mesurant les populations de pois et de moutarde avant et après le désherbage.

 

Partenaire(s)

Avec le soutien financier de

Résultats

La saison 2018 a été très sèche et très chaude pour la production de pois. Des suivis ont été réalisés dans des parcelles infestées à divers degrés par la moutarde, celle-ci ayant été jugée préoccupante. De un à plusieurs passages de houe ont été faits par les producteurs, puis, selon les équipements de chacun, le peigne a été passé sur certains sites. Il est possible d‘affirmer, pour la saison 2018, que la houe élimine jusqu’à 80 % des mauvaises herbes, dont la moutarde. La densité de départ de celle-ci est donc un élément fort important à mesurer puisqu’elle déterminera, en partie, le taux de réussite. De plus, il est aussi vrai de dire que le peigne est plus agressif que la houe. Toutefois, les résultats de cet essai soulèvent plusieurs questions, entre autres, sur la façon de qualifier et de définir l’agressivité du passage du peigne. Également, un facteur primordial est la qualité de préparation du sol et du lit de semence. Il est indispensable de pouvoir semer précisément et de placer la semence au bon endroit. Le lit de semence doit être impeccable, uniforme et égal, afin d’assurer une germination des pois maximale. Ce travail permettra aux pois en croissance de compétitionner les mauvaises herbes. Il ne doit pas y avoir de zone massée sous le lit de semence car la houe double doit pénétrer assez profondément, pour mieux contrôler les mauvaises herbes à germination profonde. Cette première année donne quelques pistes de solution mais il faudra mieux caractériser les limites de chacune des machines de désherbage pour trouver des réponses.