Recherche et
développement

Validation des grilles parcellaires à Sclerotinia sclerotiorum dans le haricot

La pourriture à sclérotes est causée par le champignon Sclerotinia sclerotiorum. En conditions fraîches et humides, les sclérotes fructifient près de la surface du sol et libèrent des spores. Ces spores vont affecter les parties aériennes de la plante. Des lésions se forment et un mycélium blanc apparaît généralement sur les parties affectées. La maladie peut se propager... Détails du projet

Développement d’ingrédients alimentaires

De 2010 à 2012, la FQPFLT a participé à des essais visant à mettre au point un procédé de déshydratation partielle pour le concombre. Les résultats prometteurs de ces essais ont poussé la Fédération à explorer plus précisément des débouchés pour le concombre surgelé.

... Détails du projet

Mise au point de la déshydratation partielle sous vide

En 2010, la FQPFLT et différents partenaires ont réalisé une première phase d’essais de déshydratation partielle de concombres par la technologie de micro-ondes sous vide. La deuxième phase du projet visait à préciser la méthodologie de déshydratation partielle, à mesurer la durée de conservation du produit ainsi que ses caractéristiques organoleptiques.

... Détails du projet

Impact de l’espacement sur le rendement du pois

Ce projet tenu pendant 3 saisons de culture subséquentes, explore un volet des solutions possibles pour améliorer les rendements dans les pois. Des études effectuées ailleurs qu’au Québec laissent voir que la réduction de l’espacement, sans modifier la densité de semis, aurait une influence positive sur les rendements dans la culture du pois. Le projet vise donc à mesu... Détails du projet

Impact de la fertilisation sur le rendement du pois

La fertilisation des légumineuses est un thème qui suscite de nombreuses discussions. Selon les récents résultats obtenus lors de la révision des grilles de référence en fertilisation du CRAAQ, seul l’azote a un impact significatif sur le rendement du pois. L’application de phosphore et de potassium n’a que peu d’effet sur le rendement. La régie habituelle en productio... Détails du projet

Évaluation technico-économique d’une gestion de l’irrigation dans le haricot extra-fin

Dans une perspective de développement durable, et sous la responsabilité de l’IRDA, le projet vise à développer une gestion raisonnée de l’irrigation et à en évaluer la rentabilité pour les producteurs de haricots extra-fins. Le projet vise aussi à déterminer les réserves utiles en eau en comparant trois régimes hydriques et les équipements d’irrigation nécessaires... Détails du projet

Lâchers de trichogrammes par drones

Au Québec, la pyrale du maïs, Ostrinia nubilalis, est le principal ravageur des cultures de maïs sucré frais et de transformation. Selon le type de maïs, de deux à cinq pulvérisations d’insecticides peuvent être nécessaires afin de maintenir les dommages sous des seuils acceptables. Depuis une vingtaine d’années, des producteurs ont recours à la lutte biologique pour pr... Détails du projet

Optimisation de la densité de semis dans la culture du concombre de transformation avec les cultivars parthénocarpiques

La majorité des producteurs de concombres de transformation québécois sèment à des densités autour de 26 000 plants/acre pour les cultivars parthénocarpi... Détails du projet

Caractérisation de la diversité et de la phénologie des punaises pentatomidae dans la culture du pois au Québec

Les punaises de la famille des pentatomidae posent de plus en plus de problèmes dans la culture du pois au Québec. Bien que la présence de ces dernières sur les plants ne provoque pas de pertes de rendement, elles contaminent toutefois les récoltes. Ainsi, la tolérance à l’usine liée à leur présence est très faible. Les trieurs optiques installés sur les tables de tri ne... Détails du projet

Révision des grilles de fertilisation dans le concombre

Les grilles de fertilisation pour le concombre, publiées par le Centre de référence en agriculture (CRAAQ), sont en cours de révision. Des essais de comparaison de doses d’azote, de phosphore et de potassium, servant à déterminer les besoins de la culture, ont été réalisés en parcelle, chez les producteurs, depuis 2014. Ces essais se poursuivent jusqu’en 2017. Ce travail... Détails du projet